Bienvenue !

19 avril 2008

bienvenue3.jpg

Si elles étaient encore là…

26 janvier 2013

Si elles étaient encore là,

 

Bien sûr, je ne serai pas là à écrire cet article, et je ne sais pas si d’une manière ou d’une autre, j’aurai réussi  leur dire qu’elles étaient uniques :

 

Neny,

-          Sûrement, nous aurait sermonné de laisser Mamihaja s’entraîner bi quotidiennement, qu’il pleuve ou qu’il vente

-          Souvent, aurait eu quelques conflits avec moi car elle aurait gâté mes enfants avec des sucreries et des fruits abondants

-          Habituellement, aurait su apprécier mes bons petits plats que je lui rapportais avec plaisir dans sa chambre…

 

Maman,

-          Inévitablement, m’aurait reprochée de ne pas avoir repris le boulot plus tôt en me rabâchant que ce n’est pas pour un petit poste de commerciale qu’elle aurait financé mes cinq ans d’ingéniorat

-          Au moins, hebdomadairement, m’aurait demandé de tester ces réussites culinaires notamment les pâtisseries et les desserts en toute genre,  tout en me reprochant de ne pas faire attention à ma ligne

-          Instinctivement, aurait organisé une méga surprise pour mes 35 ans, et où la moitié des invités seraient ses amis

 

Toutes deux,

-          Indiscutablement, auraient été fières de nous voir diacres, membre du bureau de l’église…et de voir nos enfants baptisés

-          Assurément, auraient sauté dans le premier bus lorsque la bonne nous faisait faux bonds et qu’on serait retenus au bureau

-          Certainement, aurait déjà réservé nos billets pour le prochain concert de Njakatiana ou pour un dîner en  amoureux car nos « cinq enfants » seraient en de bonnes mains…

 

Toutes ces choses, ces souvenirs, ces  « si seulement »… qui font que 10 ans plus tard, elles manquent toujours.

Mais tout ça aussi pour nous mettre en garde que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein ».

Et donc, on doit avancer, faire face à la vie et réussir, même sans elles !!!Si elles étaient encore là... 03-300x300

A 7 ans (2)

8 mai 2012

Comme lors de ses 5 ans (et je promets de remettre ça tous les ans maintenant, ainsi que pour son frère), je vous présente la fiche technique de Nathan, à 7 ans. Je vous prierai, à vous qui avez un petit garnement du même âge, de bien vouloir me rassurer que le mien est bien normal !

A 7 ans (2) dans Evolution de Nathan DSC08217-225x300

Taille : 1m28. Pour une idée rapide, il est à la hauteur de mes poitrines maintenant et il s’amuse à me dire toutes les fois qu’il se mesure à moi : « je te rattrape bientôt neny ! ». Et il a raison.

DSC07978-186x300 dans Evolution de Nathan

Poids : Là, il s’est affiné mais il en est encore à 28kg ce petit ogre. En effet, on ne s’angoisse plus tellement mais on scrute, on scrute…

DSC08278-300x224

Santé: Bénis soit Mon Dieu, j’ai des enfants en bonne santé quand j’entends certains parents parler des leurs. A part quelques rhumes par ci par là, Nathan va bien. Hormis peut-être ses yeux qui louchent et ses dents qui zigzaguent. Plus tard, l’opticien parle d’opération et le dentiste d’un appareil, mais pour le moment, il ne s’en plaint pas.

DSC08206-300x224

Classe : Il est en classe de 11ème, ou CP pour l’équivalence. Il peut être parmi les 5/40 premiers de la classe comme il peut être parmi les 10,15 premiers. Bref, c’est vraiment quand il veut mais l’essentiel, c’est qu’il garde ses tableaux d’honneur.

Points forts :

- ce qui fait de lui un génie à son âge, c’est que c’est un grand nageur à présent. Il a rejoint le club de natation de son école  où il a enchaîné compétitions sur compétitions depuis octobre dernier.  Et bien qu’il soit le plus petit (1ère année de la catégorie avenir avant de passer poussin en 2015), il était déjà monté sur le podium 6 fois. « Ce sera un grand champion ! » me dit son coach. A suivre donc.

DSC00068-300x249

- pour rester dans le domaine du sport, il pratique aussi le taekwondo et a gagné sa ceinture orange en mars dernier. Mais avec cette discipline, il n’est jamais monté sur le podium.Il n’a pas encore fait la moindre compétition d’ailleurs. La raison, il fait 28kg et il risque d’affronter un garçon de 10 ans avec ce poids. Alors non, merci. Pour l’instant, le TKD l’aide à être plus souple, et moins brutal. C’est largement suffisant !

- toujours du côté physique, il monte très bien à bicyclette à présent, youpii !!! Il vous le fait même avec une seule main si vous le demandez gentiment !

- « QI » : merci l’école, il sait lire maintenant. Il a gagné sa 1ère bibliothèque verte le jour de son anniversaire. Et il a même rajouté la lecture en malgache. Du coup, à l’église, il suit les cantiques et la bible fièrement.

He lost sa passion pour l’anglais hélas mais il continue de s’intéresser… dès fois.

Côté maths, ils en sont à la division en ce moment après les additions, soustractions et multiplications. Il récite donc les tables 2, 3 et 5 facilement. Je ne sais pas où iront ses progrès jusqu’à la fin de l’année scolaire mais là, il faut dire que je tire mon chapeau à la maîtresse.

- en plus de savoir « ranger son lit » à sa façon, il lui arrive de vouloir tellement m’aider en cuisine. Ce qui n’arrange pas souvent mes affaires car je dois tout refaire après…

- il sait prier, vraiment prier hein :  non pas la prière récitation « tahio ny sakafonay » mais il sait ce qu’il veut lorsqu’il récite sa prière « tahio za raha hanao compétition rahampitso, tahio i x marary any @ hopitaly » ndlr : »bénis moi demain pour ma compétitio, bénis untel qui est malade à l’hôpital ».

- et donc il avance petit à petit vers la compréhension de la notion de la vie : il sait qu’on ne peut pas tout avoir et que dans certains cas, il faut vraiment lutter pour tout avoir. Il dira à un copain qui arbore devant lui son nitendo dernier cri : « c’est trop cher pour le moment mais un jour, quand j’aurai bien travaillé, j’irai en france pour en acheter ». N’est-ce pas mignon ?

Points faibles :

- c’est toujours un grand gaucher et ça n’arrange toujours en rien ses écritures. Dans la plupart des cas, c’est ce qui fait chuter ses notes.

- c’est un grand malin. Le genre capable de changer très très vite la chaîne interdite dès qu’il vous entend arriver. Vous voyez le genre.

- c’est un grand peureux. Je ne vous raconte pas la scène qu’il nous a faîte chez le dentiste lorsqu’il avait fallu ôter ses dents ! Catastrophique !

- il ne connait pas encore ses limite lorsqu’il joue avec son frère.  Souvent, les jeux virent en disputes harassantes et les punitions arrivent.

Tiens, et je pourrai m’arrêter là coté négatif. C’est que Nathan est donc bien plus supportable que je ne le croyais.

Eh oui, certes, il a encore des vices cachées mon petit bout de 7 ans mais voilà, il est comme ça, et c’est ma fierté numéro 1.

DSC08227-244x300

 

 

 

 

 

 

A 7 ans,… (1)

23 avril 2012

Mon grand a eu 7 ans hier 22 avril 2012. Gloire à Dieu, en premier lieu et d’ailleurs, comme c’était un dimanche, Nathan avait décidé de Le remercier en offrant les fleurs de l’élise pour ce jour.

A 7 ans,... (1) dans Evolution de Nathan DSC08223DSC08225-300x225 dans Evolution de Nathan

 

Quelques jours avant ce grand évènement, je m’étais assez creusée la tête pour opter des meilleurs cadeaux à lui offrir. Car pour un garçon de 7 ans, je n’avais aucune idée du jouet approprié.

Finalement, j’avais décidé d’arpenter les magasins de Behoririka et j’en appelais à mon intuition. Et là, j’ai eu raison car avec l’aide des marchands, j’ai fais la connaissance des « BAKUGAN » : ces boules qu’on lance et qui se transforment en de véritables personnages-robots-machins. Ce fut un tilt car j’avais en effet entendu Nathan en parler. Donc, cadeau numéro 1 de la part de son frère chéri : un lot de 7 bakugan qui rassemblés, se transforment en un autre, plus extraordinaire encore.  A 7 ans donc, on adore tellement les personnages…

DSC08249

Dans la même suite d’idée, Nathan adore donc se lancer dans des aventures imaginaires avec ses personnages préférés. Il lui arrive de rester des heures à les faire parler, à les faire disputer dans des rudes et bruyants batailles. Une autre idée me traversa donc  : les dragons ou les dinosaures manquaient à ses collections de figurines parmi naruto, sasuke, batman,… Allez, ce sera le cadeau de son papa ! A 7 ans donc, on adore aussi s’enfermer dans le monde imaginaire de ses héros préférés.

DSC08252

Les dinosaures, justement m’ont inspirée car en tant que mère qui se respecte, moi j’ai plutôt eu un penchant pour les livres. D’autant plus que maintenant, il sait le faire, allez mon, fils, ‘faut que tu lises !!! Et pas n’importe quel livre hein : « tout savoir sur les dinosaures », ça va en même temps t’instruire… et le premier numéro de Ben 10 aussi bien sûr : sa première bibliothèque verte !!! Héhé. Ouiiii, à 7 ans, on adore les livres !!!

DSC08248

Monsieur était bien sûr impatient de voir ses cadeaux, mais il ne les avait reçu qu’à « la surprise ». Car bien sûr, il fallait marquer cette journée entre nous 4. Et cette année, on avait opté pour le 1er parc d’attraction  malgache : le Sam Run. La bas, on pouvait monter sur des petits/grands quads et nous avons pensé que cela lui ferait le plus plaisir, à 7 ans.

DSC08272

Mais une fois les cadeaux déballés, grande fut notre surprise car Nathan se mit plutôt à  arpenter tous les gonflables du parc (avec son profiteur de frère). Peut-être cela fut-il dû aussi à cette grosse entaille qu’il a eue durant son premier tour en quad car oui,  un peu gauche, il avait à moment perdu le nord et a foncé dans les feuillages. Mais malgré la profondeur de sa blessure, Nathan n’avait versé aucune larme et avait fini son tour avec honneur. Eh oui, à 7 ans, on devenait très courageux et puis, finalement, on adorai toujours les gonflables…

DSC08253DSC08259DSC08262

Mais rassurons-nous, à 7 ans aussi, on aimait tout de même découvrir cette sensation magnifique de la conduite, de la vitesse sur une auto-tamponneuse que nous avons réservée pour la super finale avant de quitter Sam Run.

DSC08288

Direction, le fameux GASTRO PIZZA car à 7 ans aussi, on adore manger les frites, les pizza et les glaces !!!

DSC08277DSC08304DSC08316

Et puis une fois là-bas, une autre surprise pour moi. Il y avait un coin où les loulous pouvaient patienter en attendant de manger et parmi les jouets qu’ils pouvaient y trouver, il y avait des cubes de legos que bizarrement, Nathan s’affairaient à assembler, à assembler… A 7 ans donc, on aimait encore lés légos.

DSC08307-224x300

Tout ça, on avait réussi à les donner à Nathan pour son jour d’anniversaire et ma foi, il n’en était que super heureux. On t’aime mon grand, et tu les mérites !!!

DSC08281DSC083221DSC08270

 

 

Ma nouvelle vie

20 avril 2012

10 ans… Cela fait 10 ans que j’avais quitté le monde du travail pour raison de santé, ou plus exactement pour avoir un bébé. Après bien des tentatives, et des échecs, Nathan est arrivé en 2005 suivi facilement de son frère Mathieu en 2007. J’avais donc passé ces 10 dernières années à couver et à m’occuper de mes bébés et ma foi, j’avais trouvé l’expérience très agréable. Si agréable même que quand quelques années plus tard, à 6 et 4 ans, les garçons affichaient leurs « indépendances », je repoussais les séparations. Autour de moi, famille, amis et même mon cher époux m’encourageaient à retravailler mais moi, j’inventais toute sorte de soucis, qui, évidemment, avaient leurs solutions.

Mais en août de l’année dernière, une occasion s’était présentée et comme pour « tâter le terrain » j’ai assisté à cet entretien d’embauche un peu comme une jeune diplômée affolée et intimidée. Le « vazaha »était plutôt satisfait et disait qu’il allait me recontacter. Ce fut donc au mois d’août, j’avais oublié et je prenais le fiasco comme « la volonté de Dieu ». Mais en octobre, alors que j’avais oublié l’idée de retravailler et que je préparais la rentrée des loulous, le « vazaha » m’appela et me demanda si j’étais toujours intéressée par le poste…

Et voilà, cela fait exactement 6 mois que j’ai repris le boulot. J’ai gardé la vocation commerciale (même si je me suis jurée de ne pas reprendre ce poste) au sein d’une zone franche, à quelques rues de chez moi, et j’ai internet à gogo car je dois chercher des clients étrangers. Je commence assez tôt mais ouf, je fini le plus tôt aussi car « à 16h, monsieur, je dois être avec mes fils… ». J’ai un blog que j’ai intitulé « MA VIE DE MAMAN » (et je ne le renommerai pas).

Donc, je vous dois plus de présence ici, c’est promis ! On va essayer, d’autant plus qu’il y a tellement de choses à raconter !

1ère dent

5 août 2011

Cela fait tellement bien longtemps que je n’ai plus pondu un seul article. Et je me suis rendue compte néanmoins que le blog continue de tourner malgré lui et qu’il fait des lecteurs. Aujourd’hui  je me suis dis, je leur dois le retour donc  me voici.

 

Pour ce retour, j’avais prévu un grand et alléchant article sur nos vacances. Mais comme celles-ci tardent à venir et qu’aucune date encore n’a  été arrêtée, un autre récit tout aussi palpitant est arrivé enrichir mes inspirations.

 

Plusieurs jours ont donc coulé depuis.  Les garçons ont grandit.  Nathan a fêté ses 6 ans en avril et Mathieu aura 4 ans et demi exact dans 3 jours. Eh oui, ils grandissent, ils grandissent même tellement vite que l’on ne s’en aperçoit presque pas.

 

Alertée par une amie, j’avais guetté le moindre mal de dents de Nathan depuis ses 6 ans car à priori, cela était le signe que la dent bougeait. Un matin, pour gagner du temps car on était un peu en retard, je brossais ses dents et il me poussait des cris alarmants. Aussitôt, j’entrepris une grande vérification et là effectivement, il m’avait semblée qu’une dent (l’incisive latérale gauche) bougeait. Je me suis toujours jurée que je m’occuperai moi-même des dents de mes loulous, l’idée de dentiste m’ayant semblé trop traumatisante. Ainsi, le plan était échafaudé dans ma tête : je tâcherai de l’encourager à faire bouger cette dent autant de fois que je pourrai, et je m’y appliquerai moi-même de temps à autre. Et je lui offrirai un petit cadeau de bravoure à chaque fois qu’il en fera tomber une. L’idée aussi était de compléter la collection de ses petites figurines à la fin.

 

Nous voilà donc motivés : lui, par le cadeau sans doute, et moi, par l’idée de dentiste.

 

Et les jours, les semaines ont traîné … et cette maudite dent qui ne semblait pas évoluer bougeait, de moins en moins. Finalement, si notre assiduité était de 3 fois par jour, on était amené à 1 fois tous les deux jours environ 1 mois plus tard.

 

Un autre jour, on avait découvert une autre dent (l’incisive centrale gauche) vacillante mais sapristi, celle-ci semblait bien avancée par rapport à la 1ère. Effacées les paresses et cette fois, on avançait, à grands pas : 3 ou 4 fois de boulots par jour. La 1ère dent, cette vilaine fausse alerte, oubliée !!! Et puis mercredi dernier horreur : en vérifiant, j’aperçu derrière, et en plus un peu en décalage, la 1ère dent définitive de Nathan qui pointait son nez. Surprise et panique suivirent et à partir de là, je ne gérai plus la situation. Je devais en parler au papa le soir et ce dernier me fit savoir que PAR TOUS LES MOYENS, cette dent devait tomber le lendemain. Avec un peu de peine, j’entrepris de passer des coups de fil à la recherche « d’un bon dentiste qui sait parler aux enfants ». En même temps, le papa  avait décidé de prendre les choses  en main. Jadis, quand j’étais enfant, je me souviens comment ma grand-mère avait ôté une dent qui  perdurait : elle l’enroulait avec un fil et tirait d’un coup sec la dent. Et ce soir là, c’est ce que le papa avait décidé de faire.  Evidemment, il se lançait dans la préparation de Nathan en lui faisant les plus rassurants des discours : que bien sûr, qu’il ne va pas lui mentir, que cela va faire un peu mal, mais il le faut et que s’il veut éviter les grosses pinces du dentiste, c’est mieux… Et moi, derrière mon fils un peu paniqué, j’enregistrais aussi ses paroles. Donc, voilà mon loulou devant le miroir, la dent entourée et la main de son père qui tenait le fil au bout. Clac !!! Un 1er coup… mais la dent persistait. Et du sang commençait à couler. A la seule vue de cette dernière, Nathan était horrifié et il avait commencé à pleurer toutes les larmes de son corps. Moi, dans mon coin, j’étais pétrifiée. Oubliée tous mes sermons  et mes résignations. Bon sang, je ne pensais pas que c’était si compliqué.

 

Fort heureusement, la formule du fil avait beaucoup progressé les choses et cette fois, la dent était complètement tangible.  A même sa langue, Nathan pouvait la bouger. S’ensuivit une autre séance de discours encourageante. Et cette fois, je m’appliquais aussi : « cesse de pleurer, tu veux ton cadeau demain ? tu veux être grand comme untel ?… ». Même Mathieu avait débarqué et avait tendit son doudou à son frère. Et ouf, ça a marché : Nathan s’était calmé et avec courage, il était allé chercher lui-même cette dent qui sortait de ses petits doigts.

 

Je ne vous raconterai pas la suite : un vrai soulagement pour tout le monde et moi la 1ère.  Nathan arbore ses dents fièrement aujourd’hui. Il avait gagné son cadeau. Et moi, je vais quand même prendre RV chez mon ancien dentiste et j’y emmènerai Nathan pour vérifier, pour se familiariser.

 

Un autre petit chapitre à propos du cadeau. Dans ma tête, comme je l’ai notée plus haut, ce serait une figurine d’un de ses héros favoris. Mais, monsieur « réflexion », lui, avait une autre idée en tête. Ces derniers temps, il me harcelait un peu avec les PSP, ou DS en tout genre que ses cousins arboraient tous les jours. Pourtant, son papa était clair là-dessus : pas avant 8 ou 9 ans car il avait déjà des problèmes de vue et que ce genre de choses rendait trop vite renfermé, trop vite trop brutal et donc trop vite idiot. Tout cela, Nathan le savait. Mais ce matin où j’allais acheter son cadeau, son père parti évidemment, il me dit : « je sais ce que je veux pour noël : un DS… ». Et avant même que j’eus le temps de riposter, il continua : « mais je le rangerai dans ma chambre et j’attendrai d’avoir 8 ans pour jouer avec ». C’est clair, ce fut un tilt dans ma tête et je décidais de lui acheter un genre de jeu. Il fallait que j’en trouve un, pas compliqué, et pas cher, et je jure de surveiller le temps qu’il mettra dessus. Inutile de vous dire combien il l’adore.

 

Tu es grand mon fils, et tu le mérites…

 

Ce matin, on avait commencé à faire bouger son incisive centrale gauche…

1redent1.jpg

Histoire de lunettes

2 novembre 2010

Nathan :

A la clinique, il n’avait que 2 jours et j’ai été frappé par
ses yeux qui ne regardaient pas dans la même direction, de temps à autre. Je me
suis dis, mince il louche ! Mais les autres se sont empressés de me
rassurer et disaient que tous les bébés louchaient.

2jours.jpg1mois.jpg9mois.jpg1an.jpg

Mais voilà, le petit handicap de Nathan s’accrochait.
Certes, il ne louchait pas 24h/24, mais dès que la fatigue se ressentait, ça se
voyait dans ses yeux.

A 15 mois, une visite chez l’opticien s’était donc imposée.
Et le résultat n’était pas une surprise : mon bébé devait porter des
lunettes. Son strabisme était bien là, c’était génétique. Le risque était que
ce handicap pouvait au fur et à mesure, nuire à son acuité visuelle. En effet,
petit à petit, son oeil malade pourrait s’orienter vers la paresse donc, de la
cécité tandis que son autre œil sera plus, trop sollicité. Les lunettes
auraient pour rôle d’équilibrer un peu tout ça.

Voilà donc mon petit Nathan binoclard à 15 mois. Son œil
malade avait besoin de 3 degré de plus en ces temps là. Evidemment au début, ce
n’était point chose aisée que de faire porter des lunettes à un petit bout d’à
peine 1 an, mais de monture en monture, il a bien appris à vivre avec.

15mois.jpg1anetdemi.jpg2ansetdemi.jpg3ans.jpg

Dernière visite en date chez son médecin préféré, il y a 2 mois et à ce jour, il arbore fièrement ses 6èmes paires de lunettes.
Et le plus extra, c’est qu’avec toute cette patience et persévérance,  il n’a plus besoin que de 0.75 degré.
Chouette non ?

5ans.jpgdenosjours.jpg

 

Mathieu :

Comme c’était génétique, il n’était pas surprenant de voir
Mathieu loucher aussi de temps à autre.

5mois.jpg14mois.jpg

Le parcours devait être le même que pour celui de son frère.

Mais même si à la maison on essayait de s’amuser et de
lui faire mettre les anciennes paires de son frère, il ne les gardait pas plus
d’une minute.

essai2ans.jpg

Avec monsieur Mathieu donc, cela n’était pas facile et sa première visite chez l’opticien vers 2 ans était une vraie 3ème guerre mondiale. Résultat, on a reculé les choses et ce n’était qu’en avril dernier qu’il a accepté les lunettes. Pour lui heureusement, les dégâts ne sont pas énormes car il a commencé à 0.75. Et aujourd’hui, ça n’a pas changé même si monsieur casse en est à ses 3èmes paires.

3ans1.jpg2mepaire.jpgdenosjours1.jpg

Les 5 ans de Mamihaja Nathan

3 mai 2010

Quelques jours après ses 5èmes bougies, je vous livre le journal de « mon grand ». En même temps, j’en appelle à vous qui avez un petit gaillard du même âge, histoire de comparer, de s’assurer ou d’en rire.

 Nathan a donc eu 5 ans le 22 avril dernier. Je me souviens, quand j’avais son âge, ma mère avait organisé ma première grande fête d’anniversaire. Les photos me replongent encore dans ces beaux souvenirs aujourd’hui et je me suis dis, je vais essayer de marquer celui de mon fils aussi.

Pour le jour J, c’était assez simple vu que monsieur était à présent en maternelle et qu’il ne pouvait plus sécher les cours, comme avant. Mais on a fait l’essentiel : son ravitoto préféré à midi, 5 petites bougies sur un petit moka au dessert, les cadeaux, une immense coupe de glace à la sortie le soir, et pizza à gogo au dîner.

photo1.jpg

Mais le plus chic était le samedi qui suivait car on avait bien sûr invité cousins, tontons, papy,  mamies et surtout surtout des copains de sa classe dont « sa petite protégée ». Non, pour le moment, on n’utilisera pas le mot « petite amoureuse » ou « petite fiancée » même s’il m’a confirmée « qu’un jour Neny, je vais faire le mariage avec elle ». On verra ça dans quelques années mon fils !!!

Donc, le samedi, les petits invités ont débarqué avec leurs déguisements. Moi, j’ai adoré leur faire manger des chips et cracky en tout genre, des brochettes de viande, des bonbons de toutes les formes… (tous commandés par monsieur le 5 ans). Je me suis aussi excitée à leur faire jouer au jeux de parcours, à la chasse aux trésors et au fameux pinata (un coup d’oeil à Mia si elle passe par là). Et à la fin, tout le monde était bien sûr récompensé.

Sans oublier « les bougies d’artifice », le gâteau Batman, les boums des cotillons, et le champomy. Bref, on s’est bien amusé cet après-midi là. C’est qu’on n’a pas tous les jours 5 ans !!!

Je vous laisse entrer dans la fête à travers ces quelques photos.

 

photo2.jpg

Mais pour rentrer dans le vif du sujet, je vous présente donc Mamihaja Nathan, à 5 ans :

 photo3.jpg

Taille : 1m11 (il est bien sûr classé dans la catégorie des géants dans sa classe)

Poids : 23kg (angoissants pour dada et neny car d’après internet, il serait obèse. Du coup, les goûters : limités ; au repas dès qu’il dit « ça suffit », c’est ok)

Classe : en maternelle (ou MS) après avoir déjà fréquenté la crèche, les TPS et les PS

Points forts :

- en premier : il sait nager !!! Et il en épate plus d’un à commencer par son maître nageur qui a dit en début de saison : « Bon à 4 ans, c’est encore utopique mais laissons le faire et on verra ». Donc aujourd’hui que la fin de saison approche, bingo, le maître en reste bouche bée.

photo4.jpg

- il a beau être en maternelle où écrire de 1 à 9 ainsi que les voyelles sont les priorités, mais il lui arrive de faire aussi tout seul à la maison des ABCDE

- he has very good pronunciations in English, dixit ses maîtresses et il était parmi les solistes lors de la fête de noël où il fallait chanter en anglais. Et puis souvent, il me harcèle avec « Neny, en anglais, c’est quoi ??? »

- il m’épate avec ses dessins où tout n’est pas très joli bien sûr mais comme je suis une piètre dessinatrice…

- il adore bouquiner

- et ouf,  en dehors de Naruto, il se délecte aussi devant Dora, tom saywer, tintin… Des DA normaux quoi !

- et puis, il se lave seul le matin, s’habille tout seul aussi, demande la permission avant de quitter la table, récite « Notre père… ». Et quand il le veut, il sait garder sa chambre bien rangée, sait mettre ses chaussettes dans le bac, sait rester des heures à apprendre les a et les 1…

 Points faibles :

- dans son carnet de fin de trimestre dernièrement : un peu brutal !! D’après ses tontons, tantines, papys, mamies « Ton fils est bien turbulent ». Selon ses cousin(e)s : « Zay kapohan’i Mamihaja !! »… Arghhhhh !!! Au secouuurs !!! N’est-ce pas tous les petits garçons de 5 ans qui agissent ainsi ?

- manque de pot, son héros du moment : le fameux Naruto, qui bien sûr ne m’aide en aucune façon avec ses Yaaahhh !!! A la maison, le CD (que je regrette d’avoir acheter) semble oublié, mais dès qu’il est avec des cousins, il est libre d’apprendre toutes les façons de combattre de Kakashi ou de Dragon ball Z ou de je ne sais qui… Re-Arghhhh !!!

- c’est un petit gaucher. Certains diront qu’il deviendra intelligent mais pour le moment il lui arrive de gribouiller un 3 ou un F à l’envers. Je trouve que c’est un vrai handicap en cette période où il apprend à écrire.

- il ne cède pas facilement à son petit frère avec ses jouets

- il est encore très collé à nous : il lui a fallu 2 trimestres avant d’avoir complètement cesser de pleurer en début de classe, il déteste que l’un de nous, ou tous les deux s’absentent plus de 30 minutes

 

photo5.jpg

Constat : il sera un grand champion en natation, il sera peut-être prof d’anglais aussi, ou karatéka, ou encore super intelligent et marié à Anjara dans quelques années… On verra, le Bon Dieu tracera son chemin, j’en suis sûre ! Mais pour le moment, il est là, avec ses 5 ans, et malgré ses petites vices, il est parfait et j’en suis fière. Comme au jour où il a débarqué dans notre vie à moi et à son papa,  il nous rend heureux. Un vrai cadeau de Dieu, comme l’indique son prénom.

Notre petit coin de paradis

13 avril 2010

Pour les WE pascales, nous avions prévu de faire un petit saut à Antsirabe mais les coûts exorbitants des hôtels nous ont beaucoup fait réfléchir. Alors nous avons préféré rester dans notre petite campagne.

Quelques jours plus tôt, j’avais repéré dans la presse qu’un centre de loisir ouvrait ses portes dans les environs. Et le mot «piscine » attirait particulièrement mon attention vu que nous étions plutôt classées dans la catégorie « des familles nageuses ». On s’est dit, allons voir et on a trouvé, un notre vrai petit coin de paradis. Un aire de jeu bien garni pour mes loulous, la piscine (chauffée si le soleil est au RV) et de la bouffe (moyen moyen au niveau rapport qualité-prix mais tant que l’on mange…) : la totale quoi ! On va dire, Antsirabe multiplié par trois ?!! En plus, comme nous y sommes allés un mercredi, nous étions seuls au monde. La piscine était à nous, rien qu’à nous !!! Youpiiii !!!

Rebelote le vendredi et pourquoi pas tant que l’on pourra !

 

finale.jpg

finalepiscine.jpg

23 mars 2010

C’est vrai, les grandes vacances, c’est encore loin. On en aura encore pour quelques mois de besogne même si heureusement la petite pause de pâques approche. Les fatigues se ressentent en cette mi-moitié de l’année scolaire et Nathan commence à me poser des questions en ce qui concerne son RV avec la mer. Je cherche les esquives : « C’est encore loin chéri, il faut encore beaucoup travailler et on verra… ». Mais j’avoue que comme lui, j’attends impatiemment cet instant où l’on pourra enfin avoir la plage, les farnientes, le soleil… Alors, pour replonger dans l’ambiance, et surtout parce que je vous dois encore les récits, nous voici en Août 2009, à Tamatave et Foulepointe.

 

Cette année, nous avons eu la chance d’organiser nos vacances avec de la famille. Ce qui, évidemment, plaisait plus mes deux grands joueurs car 3 petites cousines étaient donc de la partie.

Comme l’année dernière, le voyage fut bien organisé : médocs, goûters, musiques. La totale pour qu’ils puissent se sentir à l’aise durant les quelques 350km qui suivirent. Mais comme nous ne sommes pas tout à fait les maîtres de nos destins, les imprévus arrivent.

 

Voici donc le 1er chapitre de nos vacances : l’accident

 

A peu près à mi-chemin alors que tout se déroulait fort bien, un gros camion gisait au milieu de la rue. Le spectacle fut impressionnant d’autant qu’à 3mn près, on aurait été les véritables témoins du drame. Aucun blessé heureusement mais un vrai cauchemar pour tous car il était impossible de passer. Petit à petit, les lignes de voitures se formaient derrière. Curieux et badauds se rapprochèrent pour admirer « le spectacle ». Inutile de vous dire à quel point Mathieu appréciait de voir l’engin de ses rêves aussi près : ses gros pneus, ses drôles de tuyaux, ses immenses réservoirs… Il scrutait tout, plongé dans son monde. C’est bien beau pour toi tout ça chéri mais voilà qu’on risquait d’être bloqué là pour un temps. Il y en a même qui parlait du lendemain « à l’allure où les gendarmes travaillent ». Et tandis que tous tergiversaient quant à une solution miracle,  ô la honte : les pilleurs s’affairaient. Le camion transportait des cagots remplis de bières, que de bières, des tonnes de bières, et de toutes ces bières, malgré les tentatives du pauvre chauffeur dépouillé et des gendarmes (enfin arrivées), il n’en restait plus rien ou quelques dizaines. Badauds, vacanciers, et même touristes, tous y passaient.

Ce fut épatant de voir l’allure où les zana-tany débarquaient. A croire que la nouvelle s’est très vite répandue dans le coin. Ils arrivaient, assez méfiants avec leur gony, prenaient tout ce qu’il pouvait ramasser et s’éclipsaient dans les montagnes pour revenir, et revenir encore. Il arrivait évidemment que les gony ne supportaient pas les charges et que tout s’éclatait en milles morceaux. Plusieurs pilleurs s’extasiaient devant le trésor et prenaient leurs aises sur un bloc de pierre, à même le sol, pour siroter une (deux ?) bonne bouteille. Inutile de vous décrire le résultat quelques heures plus tard mais ça nous en a fait du spectacle.

Et il n’y avait donc pas que les zana-tany. Plusieurs de nos amis les victimes s’activaient aussi à transporter les cagots, à remplir paniers, blousons, coffres de voitures… Un spectacle presque amusant, mais désolant aussi de voir à quel point certains pensaient à s’enrichir. Soudain, les gendarmes annonçaient que toutes les voitures feront l’objet de fouilles et qu’aucune ne sortira avec une bouteille. Plusieurs ont mordus alors on retrouva petit à petit les cagots dans les canaux, mais beaucoup étaient sûrs que les forces de l’ordre ont bluffé.

Il nous aura fallut finalement 4 heures de temps avant que la route ne soit dégagée, à l’aide et à l’initiative de deux gros camions pris aussi dans le blocage. Il a fallu brisé le pauvre camion accidenté en deux pour arriver à dégager la route, sous les yeux hagards du malheureux chauffeur.

Les bières dépouillées, le camion en  morceaux, sans compter les moyens qu’on aura utiliser pour dégager complètement le camion de là. On ne saura jamais si le camion sera assez assuré pour supporter tous ces dégâts qui se chiffraient sans aucun doute à plusieurs millions de nos francs.

Sur plusieurs kilomètres encore, des petites « épiceries » avaient de la bière, et même que de la bière sur leurs étalages…Une pauvreté qui sévit ? Une mentalité purement malgache ?  Difficile de juger.

 

accident.jpg

 

Et nous revoilà donc sur la route de Foulepointe, après 4 heures de retard…

Les 3 ans de Mathieu

19 février 2010

Non, je n’ai pas oublié que je vous devais un compte rendu de l’annif de Mathieu qui a eu donc 3 ans le 7 février.

Non, je vous prie de ne pas faire de commentaires sur cette date qui vous rappelle sans doute quelque chose surtout si vous êtes malgache. Le 7 février, c’est l’anniversaire de mon baboum, c’est tout, nan !!!

 

Et oui, nous avons fais en sorte que Mathieu fasse de ce jour un jour à souligner dans son petit univers.

 

Je ne ferai pas plus de commentaires, admirez plutôt les photos :

 

 

scrapbaritiana3ansb.jpg

Les 3 cadeaux de la part de dada, neny et de zoky (grand frère), l’incontournable manège, la bouffe au restau, la petite fête à la maison…

12345...9